Baisser sa facture énergétique en optant pour des travaux de calorifugeage

Les périodes printanières et estivales sont idéales pour préparer son logement à l’arrivée des températures plus froides. On l’oublie parfois mais les déperditions de chaleur dues à une isolation de mauvaise qualité engendrent des dépenses importantes et surtout inutiles. Heureusement, certaines techniques, à l’image du calorifugeage, peuvent être appliquées !

Qu’est-ce que le calorifugeage ?

Ne vous laissez pas impressionner par le terme qui peut apparaître comme étant très technique. Il ne s’agit en réalité que d’un procédé visant à recouvrir d’une matière isolante les tuyaux et canalisations que possède votre logement. Vous le voyez, rien de très compliqué à comprendre en somme ! Vous devez également savoir que le calorifugeage est même une obligation imposée par certaines réglementations thermiques (dont RT 2012 pour les habitations neuves).

Le principe de fonctionnement du calorifugeage est simple. En isolant mieux votre tuyauterie, votre installation se trouvera moins exposée aux variations de température saisonnières. Gardez bien à l’esprit que le gel est en mesure de détruire totalement une canalisation et de provoquer de gros dégâts chez vous. Sont notamment concernées toutes les installations se trouvant dans une des pièces les moins bien isolées de votre habitation, à l’image d’une chaudière ou d’un chauffe-eau. Les pièces traversées par des canalisations bien isolées ne subiront pas l’influence du liquide qui y circule.

Pour encourager le calorifugeage, l’État a mis en place, à l’image de la rénovation énergétique, plusieurs dispositifs d’incitation fiscale. Ils concernent aussi bien l’achat des matériaux utilisés pour l’opération de calorifugeage par le biais d’une ristourne sur la TVA que la pose du matériel en lui-même. Parmi les plus connus figure évidemment la fameuse « Prime énergie ». Pour devenir bénéficiaire de la prime énergie, nous rappelons toutefois que les travaux devront avoir été réalisés par des professionnels qualifiés et bénéficiant de la qualification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Comment procéder ?

Nous vous conseillons d’opter pour une opération de grande envergure afin de maximiser les économies sur votre prochaine facture énergétique. Concrètement, cela implique de vous attaquer à quasiment toute votre installation avant l’arrivée des températures plus froides. Ainsi seront concernés :

  • les canalisations qu’elles soient d’eau chaude ou d’eau froide
  • l’ensemble de la tuyauterie
  • toute installation fonctionnant avec un fluide caloporteur, à l’image d’une chaudière par exemple
  • toute citerne ou réservoir

Nous attirons également votre attention sur les matériaux que vous devrez privilégier. En effet, tous ne possèdent pas des qualités équivalentes en termes de pouvoir isolant. Les plus efficaces sont :

  • la mousse synthétique
  • la mousse phénolique
  • le polystyrène en tube
  • la laine de verre

Quelle rentabilité pouvez-vous espérer de cette opération ?

De récentes études démontrent qu’un calorifugeage réalisé dans les règles de l’art divise par six les pertes de chaleur. Concrètement, une telle performance se traduira par une réduction d’au moins 10 % de votre consommation énergétique habituelle.

En comparant les économies potentielles et le coût des travaux, on comprend très vite l’intérêt d’une telle démarche sur le plan de la rentabilité. En effet, même si vous faîtes appel à un professionnel pour réaliser vos travaux, vous amortirez rapidement (parfois même dès la première année !) l’investissement initial. Ceci est d’autant plus exact que différentes aides (TVA réduite, crédit d’impôts) sont à votre disposition pour doper davantage la rentabilité globale du calorifugeage.